Terra-formers


forum dédié à la construction et décorations de terrariums, paludarium, aquarium et murs végétale.
 
AccueilPortailCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion
.La nature du forum le rendant lent par nature, ses domaines seront diversifiés et plus axés sur les animaux pour le rendre plus dynamique. Pour tout forumeur désireux de participer à la restructuration du forum, je rappelle l'existence de la "boite a idées" n'hésitez pas y déposer vos suggestions . Une équipe d'animateur /modérateur vas être créée toutes personnes voulant en faire partie devra m'envoyer un mp décrivant ces motivations et idées pour faire évoluer le forum.Bonne participations à tous et à bientôt sur Terra-formerscordialement l'administration

Partagez | 
 

 Saurien : Rhacodactylus Ciliatus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
S'érum
Repti'Mythe


Messages : 53
Date d'inscription : 30/01/2012

MessageSujet: Saurien : Rhacodactylus Ciliatus   Mar 21 Fév - 16:50

Rhacodactylus Ciliatus


Mutation harlequin

Systématique/classification

Règne : Animalia
Embranchement : Chordata
Sous-embranchement : Vertebrata
Classe : Reptilia
Sous-classe : Lepidosauria
Ordre : Squamata
Sous-ordre : Sauria
Infra-ordre : Gekkonia
Famille : Gekkonidae
Sous-famille : Diplodactylinae
Genre : Rhacodactylus
Espèce : Ciliatus
Sous-espèce : Néant
Nom scientifique : Rhacodactylus Ciliatus
Nom commun français : Gecko à crête

Description
Rhacodactylus ciliatus: la tête est massive et les os crâniens bien visibles sous la peau, les yeux à pupille verticale, grands comme tous les geckonidés nocturnes, sont gris. La large gueule permet l’ingestion de proies volumineuses par rapport à la taille du gecko. La queue est préhensile et en cas d’autotomie (ablation réflexe ) ne repousse pas, c’est le cas de la plupart des spécimens sauvages. Le signe distinctif de ce gecko est la rangée d’écailles supra-oculaires en forme d’épines (elles sont « molles », donc il n’y a aucun danger), se prolongeant en deux lignes parallèles sur toute la longueur du dos. La bande rectiligne entre ces deux rangées dorsales est généralement plus foncée que le reste de la robe. Les doigts sont munis de petites griffes et frangés d’un bourrelet de peau, donnant l’impression que l’animal a des « grosses pattes ». Agile, ce gecko peut arpenter les surfaces verticales. La coloration basique est gris-brun tirant parfois sur le verdâtre ou le jaune-orangé, mais il existe de nombreuses mutation. La face ventrale reprend la coloration dorsale avec des nuances plus claires, et la queue a souvent un motif marbré avec des taches crème. Il arrive que la gorge soit rosée ou orangée. La peau est fine et délicate et l’écaillure très fine la rend veloutée au toucher.
Cette espèces bondit très bien et se sert de sa queue comme d’un membre, pour s’accrocher à une branche et se laisser pendre, par exemple. Il tolère relativement bien les manipulations, à condition de l'habituer progressivement, de procéder en douceur (laisser le gecko sur le dos de la main ou le faire passer de main en main) et de ne pas en abuser, c’est à proscrire pour de nouveaux arrivants. Il est généralement calme et indolent, mais capables de déplacements assez rapides, et ne montré jamais de signe d'agressivité envers l’homme.

Répartition géographique


Cette de gecko est endémique à la Nouvelle-Calédonie plus spécifiquement de quelques localités dispersées dans la région centrale et sud de la Grande Terre, à l'Ile des Pins et aux îles Bélep.
Répartition en Province Sud: l'espèce a été inventoriée à la Rivière Bleue et dans la vallée de la Pourina, aux Mts Koghis, au Mt Ouin et à l'Ile des Pins ( pas sur les îlots voisins).
Répartition en Province Nord: l'espèce est connue des îles Bélep à l'extrèmité nord de la Grande Terre et probablement de la côte est.











Statut légale
La faune du TOM de Nouvelle–Calédonie est interdite à l’exportation. Plusieurs réserves existent pour la préservation des populations sauvages, et divers rapports scientifiques en ont souligné l’importance (Ekstrom et al., 2000 ). Les seuls individus autorisés au commerce, à la détention et à l’élevage sont donc des spécimens nés en captivité en dehors de leur habitat d’origine. Pour le moment, aucun permis CITES n’est nécessaire au commerce international de ces espèces. Le genre Rhacodactylus est classé en Annexe D du règlement CE 338/97 et son décret d’application 990/97: cette classification ne fait que surveiller les flux commerciaux internationaux et l’état des populations au niveau local et n’implique donc pas de démarches particulières lors de l’achat.

Comportent et difficulté
Docile, robustes, sauteur, parfois farouche mais à force de patience vient manger dans la main.
Adulte : facile, débutant (1/5)
Juvénile : facile, débutant (1/5)

Mutations / "Phases"
lien sur le forum : Guide des caractéristiques morphologiques du Rhacodactylus Ciliatus (Mutation/Phase)

Taille et poids (de la tête au bout de la queue)
25 cm pour les plus grands avec une moyenne de 20 - 22cm et un poids moyen de 40 - 45g
Record 11 cm (sans la queue) et 65g

Espérance de vie
12 à 20 ans, le record étant de 22 ans (HENKEL et SCHMIDT ,2000)

Meurs
Nocturne, semi-arboricole, arboricole

Alimentation, complément et fréquence

Omnivore (70-80% frugivore et insectivore)
Dans la nature mange des invertébrés, fruits rouges, nectars de fleure (pollen), miel, jus de fruits et d’arbre. Ces geckos jouent un rôle non négligeable de pollinisateurs de la flore locale.
Il est à noter que tous les Rhacodactylus sauvages se nourrissent d’autres lézards (Les scincidés Caledoniscincus sp, les geckonidés du genre Bavayia sp, les espèces plus petites de Rhacodactylus ainsi que les juvéniles de leur propre espèce, fait à prendre en compte pour toute cohabitation en captivité de spécimens d’une taille différente ).

Tous les jours ou deux jours de la nourriture à disposition

En captivité, insectes de tailles adaptées telle que grillons, blattes, zophobas morio (vers morio) ainsi que compote, miel et pollen. Dans le cas d’une telle alimentation un apport vitaminique et de calcium et indispensable une à deux fois par semaine.
A noté qu les jeunes Ciliatus doivent absolument avoir un apport de protéine fraiche (grillons...) pendant leurs croissance.

Des « technique plus ressente » on été développé pour simplifié la vie au éleveur, c’est de la poudre que l’on humidifie avec de l’eau ou que l’on peut mélanger avec de la compote (de préférence banane) pour les cas plus difficile. Tous les apports essentielle (protéines, glucides, vitamines et minéraux) sont présent dans cette poudre et permet de se substitué à tous autres types de nourriture (personnellement, je donne de temps en temps des grillons pour les faire chasser).
Trois fabriquant se partage la commercialisation de ce type de produit :
- T-Rex
- Komodo
- Repashy foods (cette solution fonctionne très pas besoin de coupé avec de la compote car contenant des appétant telle que arôme, elle est complète et au jours d’aujourd’hui je ne pourrai pas m'en passer)

Température et hygrométrie
Environnement de type tropicale avec donc une humidité relativement élevé

La gamme d’hygrométrique 55 à 70%
Il y a deux écoles en thermes de gestion de le humidité :
- L’humidification du substrat plus un petit chauffage par le sol génère de l’évaporation
- Des pulvérisations régulières, à l’avantage de crée des gouttes avec les quel ils peuvent s’abreuver
je conseil au moins une bonne grosse pulvérisation tous les 2-3 jours afin que pour quelque heure on atteigne un hygrométrie de 70 à 80%, ce qi leur fait beaucoup de bien.

La gamme de température appropriée ce situe entre 22 et 25°C
Encore une fois il y a deux écoles en thermes de gestion de la température :
- A température ambiante du moment que respecte la gamme de température
- D’autre crée un point chaud à 27°C et s’assure que le point froid n’excède pas 25°C
Une chute de température nocturne peut être opéré ne devant pas être inférieur à 22°C mais n’est aprioris pas absolument nécessaire.
ATTENTION : si on maintient un rhacodactylus, pendant une duré assez longue, à des températures supérieur a 26°C , le gecko devient amorphe, se nourrit mal, voir pire et à la longue cela peut lui être fatal.

Eclairage
L’éclairage n’est pas indispensable, mais un apport d’UVA et UVB est un bon complément. L’ajout d’une ampoule de faible intensité de type tropical est une bonne option pour optimiser la synthèse de la vitamine D3 et la fixation du calcium.

Terrarium (profondeur x largeur x hauteur)
Pour assurer le confort de chaque individus un terrarium de 45 x 45 x 60 est suffisant pour 1 à 3 Ciliatus, pour chaque individus supplémentaires n’oublier pas d’opérer une augmentation minimal de 20%.
Cela dit pour un seul gecko un 45 x 45 x 45 bien aménagé semble suffisant.
En thermes d’aménagement, un substrat à base de copeaux de coco ou de tourbe (privilégiez les matières imputrescible), quelques cachette au sol, des éléments de décor pour grimpé ainsi que des cachettes en hauteur qui pourront être réalisé avec des feuillages artificiels.

Dimorphisme Sexuel

Leur dimorphisme sexuel commence à apparaître (4-8 mois environ)avec pour les mâles un trait très reconnaissable, un énorme renflement hémipénien à la base de la queue. La présence de petits éperons n’est pas un signe significatif, les males normalement ont des pores fémoraux. Les femelles ont une légère bosse, mais rien en commun avec les attributs impressionnants des mâles.
Il est beaucoup plus difficile d'identifier le sexe des juvéniles, pour cette raison les geckos jeunes sont généralement vendus 0.0.x (sexes inconnus). Cependant, vous pouvez essayer de reconnaître le sexe par la présence ou l'absence d'une rangée de petits points noirs (pores fémoraux) qui est présente chez les mâles proche l’appareil génital. Diagnostiquer le sexe est le plus facile de geckos avec un ventre clair.















<<< Ici un mâle de 3 ans clairement identifier par son renflement hémipénien

Reproduction
Les accouplements ont lieu au début de la saison chaude et humide, dans notre hémisphère vers Mars-Avril. Le réchauffement et l’allongement de la durée d’éclairage le stimule. Le mâle se livre alors à des courses–poursuites avec la ou les femelles et saisit alors la femelle sans ménagement en la mordant au cou tout cela accompagné de petit cris rauque.

Ponte
une vingtaine de jours après l’accouplement la femelle pont les œufs deux par deux à intervalle régulier. avec environ 6 œufs par accouplement.

Incubation
Les œufs, sans les retourner, sont transférés sur des granulés d’argile, bien meilleur substrat d’incubation que la vermiculite, et sont mis à incuber à une température variant entre 19° et 29°C (inférieur à 27°C féminisant, supérieur à 27°C masculinisant), avec une hygrométrie constante de 80%-90%. Les œufs ont une coquille parcheminée fragile et éclosent, selon les températures d’incubation, entre 60 et 120 jours après la ponte.

Nouveaux nés
Les individus après l'éclosion mesurent entre 6 et 9 cm et pèse entre 1,5 et 2,3 g. ils sont élevés séparément pour éviter tout cannibalisme entre eux ou de la part des parents, dans de petits terrariums (type fonabox ou boite d’élevage). Ils sont également plus sensibles aux températures élevées. Leurs motifs sont susceptibles de changer durant leur croissance.Leur nourriture sera la même que celle des adultes. Il est très important de ne pas donner plus de grillons qu'ils ne peuvent en consommer, être très attentif à leur taille et ne les nourrir qu'en début de soirée.


Réalisé par mes soin.
S'érum

Source : http://geckoland.eu/ | www.endemia.nc | http://rhacosphere.diserens.eu/fiche.php | http://reptilia.forumpro.fr/t562-fiche-rhacodactylus-ciliatus-experience-perso
Complément d'information intégré dans la fiche fournis par WILDBOY28630 (Merci à toi)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
S'érum
Repti'Mythe


Messages : 53
Date d'inscription : 30/01/2012

MessageSujet: Re: Saurien : Rhacodactylus Ciliatus   Mar 21 Fév - 16:51

Menaces
A un degré élevé, les populations, en forêt humide de basse et moyenne altitude, sont menacées par l'invasion importante de la fourmi électrique introduite (Wasmannia auropunctata), causant un déclin significatif de leur nombre.
A un degré potentiellement élevé, les populations sont menacées en forêt dense sur les zones côtières à l'Ile des Pins par la disparition, la modification et la fragmentation des habitats dues aux activités agricoles locales.
A un degré potentiellement élevé mais ponctuel, les populations sont menacées dans les forêts humides d'altitude, isolées et dans les forêts de talwegs, sur substrat ultramafique, par la disparition ou la dégradation des habitats dues aux activités minières.
A un degré potentiellement élevé, les populations sont menacées par les pestes exotiques telles que les rats et les chats (prédateurs des adultes, des jeunes et des oeufs), dans les forêts grandement perturbées.
A un degré ponctuel mais potentiellement intensif, le déclin des populations résulte de la présence de collectionneurs qui pratiquant un commerce illégal, ont rapidement accès aux sites.

Statut de conservation : Vulnérable
Rhacodactylus ciliatus a été noté en forêt humide ou dans la végétation des bordures adjacentes dans quatre localités du Sud de la Grande Terre. Les individus des Mts Koghis représentent clairement une sous-population isolée et des recherches avancées montrent une sous-structure génétique significative entre les individus du Mt Ouin et de la Rivière Bleue, indiquant la possibilité d'existence d'autres sous-populations discrètes dans la région, comme pour les individus de l'Ile des Pins et des Bélep.
La distribution de l'espèce est faible avec une aire totale d'occupation inférieure à 500 km2; il est peu probable que l'ensemble de cette étendue et l'aire d'occupation subissent des changements significatifs. Ces facteurs, compte tenu de l'importance des menaces potentiellement élevées, identifiées ci-dessus et de la biologie spécifique des geckos géants du genre Rhacodactylus, indiquent que Rhacodactylus ciliatus du point de vue conservation satisfait aux critères d'espèces classées comme Vulnérable, mais pourrait être amené à un niveau plus élevé de conservation compte tenu du nombre et de l'intensité de ces menaces. Les sous-populations des Bélep et celles de l'Ile des Pins sont considérées particulièrement, à risque, vu leur faible distribution et l'impact important des menaces sur des sous-populations insulaires.

source : www.endemia.nc
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Saurien : Rhacodactylus Ciliatus
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Evolution des couleurs des rhacodactylus ciliatus
» rhacodactylus ciliatus holdback 2010
» Mes rhacodactylus ciliatus
» Rhacodactylus ciliatus
» info sur rhacodactylus ciliatus (premier reptile )

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Terra-formers :: TERRA-FAUNE :: TERRA-FAUNE :: Fiches d'elevages-
Sauter vers: